Portrait de Jérôme CHEVRET

Voici l’interview de Jérôme CHEVRET coureur et passionné de Trail à la Réunion.

Portrait Jérôme CHEVRETPalmarès :
– Camélias raid 2013 : 95ème en 2h09
– Cross de la savane 2014 : 98ème en 1h20
– Boucle du bassin Vital 2014 : 175ème en 2h35

Finisher de la cimasalazienne 2013, Mascareignes 2013, Semi 974 2012 et 2013.

photo jérôme CHEVRET

* Quelle est ta conception du trail ?
Je vois le Trail comme la manière de découvrir notre île, parcourir les sentiers, partager avec les autres à travers le sport. Le Trail est « le plus collectif des Sports individuels ».

* Comment as-tu débuté dans ce sport ?
Cela a débuté par un défi personnel, j’avais fait des années de foot mais j’ai arrêté le sport pendant quelques années, j’avais pris également du poids.
Je me suis lancé le défi de finir la Mascareignes 2012, à la naissance de mon fils en décembre 2011.
Malheureusement j’ai dû abandonner à la Grande chaloupe à cause d’une blessure au genou, mais dans l’idée de revenir plus fort et terminer cette course : chose faite en 2013.

* Qu’est-ce qui t’attire dans ce sport ?
Personnellement, c’est une manière d’aller chercher mes limites, vouloir toujours progresser, se lancer des défis, se surpasser.
J’aime beaucoup la citation de Pierre de Coubertin : « Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre ».

* Quel type d’entrainement effectues-tu?
Je m’entraine avec mon club des Raiders 2000 ainsi que l’association Trail Kreol sur St Denis.

Ma semaine type :
– Mardi : Séance de VMA
– Mercredi : Piscine (pour la détente musculaire et le souffle)
– Jeudi : Footing de 1h à 1h30 tôt le matin
– Vendredi : Séance de seuil ou de côte
– Samedi et Dimanche : une sortie allant de la boucle du Pic Adam (7km) à 30 km maximum.

* Suis-tu un régime alimentaire particulier pour pratiquer ce sport ?
Je n’ai pas un régime alimentaire particulier, mais disons que je fais attention. Je mange le mieux possible : fruits et légumes, des sucres lents à chaque repas, etc.

Je mange très peu de choses grasses ou très sucrées, mais je m’autorise toujours un repas sans contrainte par semaine. Et je prends 2 à 3 fois par an une cure d’un mois de Spiruline.

* Quelle est selon toi, l’erreur la plus courante chez les traileurs débutants ?
La plus grosse erreur je pense, est de vouloir en faire trop et trop vite. Le trail est le sport de la patience, faut savoir se fixer des objectifs à plus ou moins long terme. Progresser en trail prend du temps et demande du temps à son corps.
Une idée reçue également qui est fausse : « Couper son entrainement pendant une semaine après une longue course ou un gros bloc d’entrainement nous fera perdre physiquement et en niveau ! » bien au contraire il faut se reposer, couper de temps en temps c’est rendre service à son corps.

* Quel a été le plus beau souvenir que tu as gardé d’une course ?
Un souvenir, c’est certainement l’arrivée de ma première course le semi 974 en 2012 ; 50km de Cilaos à la rivière des galets, et voir ma femme et mon fils être là pour m’accueillir. Un plaisir immense de l’avoir fait et de les avoir près de moi.

La deuxième chose est le fait de courir pour une cause et de pouvoir servir à quelque chose, en quelque sorte : « Faire battre son cœur pour un monde meilleur ».

* Quelle est l’anecdote qui t’a le plus marqué ?
Je me souviens avoir appelé un ami de Trail Kréol quand je suis arrivé à Roche plate pour le Semi Raid 974 en 2012, je pensais être bien avancé avant qu’il me dise que le 1er venait d’arriver !

* Quel petit plaisir après un long effort physique ?
Un bon bain dans une rivière ou à la case et manger quelque chose qui me fait vraiment plaisir !

* Quel conseil donnerais-tu à un traileur débutant ?
Savoir être patient, bien construire son entrainement avec 1 voir 2 objectifs dans l’année, pas plus. Il faut savoir accepter de ne pas être au top toute l’année et profiter des pics de forme pour bien les convertir.

Enfin et surtout, prendre du plaisir sur les courses, ne pas se mettre de pression. Je parle en connaissance de cause et je vous assure que c’est la meilleure manière d’aborder une course !

2 réflexions sur « Portrait de Jérôme CHEVRET »

  1. Pour les pratiquants de cette discipline sportive, qu’ils soient raiders confirmés ou/et nouveaux venus sur ces courses, JEROME nous livre des réponses et témoignages d’un sportif « raisonné » et « raisonnable ».
    Avec son expérience, il nous fait réfléchir sur les plaisirs de ce sport et nous fait rêver en « gardant les pieds sur terre ».
    Avoir des objectifs, OUI. Se donner les moyens de les atteindre, encore OUI. Etre à l’écoute de notre corps, OUI, OUI, OUI car ce sera notre meilleur compagnon. Alors, soyons à son écoute et donnons-lui « le carburant » qu’il mérite.
    « Quand les pieds foulent les sentiers, la tête danse ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *